Illetrisme

Dans le monde

860 millions d’hommes et de femmes sont, dans le monde, confrontés à l’incapacité de lire et d’écrire, privés des plus simples compétences de base. Les pays industrialisés, où la scolarité est obligatoire, ne sont pas épargnés.

Pour qualifier cette situation, qui touche tous les âges de la vie, et la distinguer de celle de personnes qui ne sont jamais allés à l’école, la France a choisi le terme d’illettrisme. Un mot dur, qui suscite la réaction, l’indignation, mais qui est encore aujourd’hui nécessaire pour que ceux qui y sont confrontés ne soient pas oubliés, car ils ont pour caractéristique de chercher à cacher une situation trop souvent synonyme d’échec. Pourtant faire face aux situations de la vie quotidienne sans avoir recours à l’écrit exige beaucoup de courage et de volonté, et la mise en place d’habiles stratégies de contournement.

En France :3 100 000 personnes

3 100 000 personnes, soit 9% de la population âgée de 18 à 65 ans vivant en France métropolitaine et ayant été scolarisée en France sont en situation d’illettrisme.

C’est l’information qui ressort des résultats de l’enquête réalisée par l’Insee et l’ANLCI (Agence nationale de lutte contre l’illettrisme) en 2004-2005. (Pour la première fois, en 2004-2005, une enquête portant sur la population âgée de 18 à 65 ans a été réalisée en France métropolitaine auprès d’un échantillon de plus de 10 000 personnes.)

Qu’est-ce que l’illettrisme:

C’est une chose que d’arriver dans un pays dont on ne parle pas la langue, et de devoir l’apprendre : c’est le cas des immigrés qui en France doivent apprendre le Français qui est pour eux une langue étrangère.
C’est une chose que de n’avoir jamais été scolarisé, d’être analphabète, comme le sont beaucoup d’hommes et surtout de femmes dans les pays où la scolarité n’est pas obligatoire.

Mais c’est vivre une toute autre situation que de se trouver, alors que l’on a été scolarisé en France, dans l’incapacité de faire un chèque, de lire un panneau indicateur, de retirer seul de l’argent d’un distributeur automatique, de lire des consignes de sécurité, d’écrire une liste de courses, de lire le bulletin scolaire de
son enfant… C’est vivre une situation très difficile, que l’on cherche le plus souvent à cacher de peur d’être
stigmatisé, que de ne pas maîtriser la base de la base, la lecture, l’écriture, le calcul, les compétences de base indispensables pour être autonome dans les situations simples de la vie courante : c’est cela être confronté à l’illettrisme.

LIENS EXTERNES :