Un Homme : Vauban


Statue de Vauban, originally uploaded by cl.richard89.

Les chefs d’oeuvre de Vauban et de ses successeurs –: « A l’occasion du tricentenaire de la mort de Vauban, ‘ Les Echos ‘ proposent du 16 juillet au 10 août un tour de France des fortifications et autres sites de l’ingénieur militaire de Louis XIV qui illustrent l’évolution de ses conceptions défensives, la diversité des implantations – plaine, bord de mer et montagne – et des types d’ouvrages différents du genre fort, enceinte urbaine ou citadelle. Une quinzaine d’entre eux tentent de décrocher ensemble le précieux label du patrimoine mondial de l’Unesco. »

Je viens de découvrir le dossier des Echos, il est très instructif. Vauban est un personnage étonnant.

Je cite Wikipedia:

Vauban a voulu faire de la France un « pré carré », selon son expression, protégé par une ceinture de citadelles. Il a conçu ou amélioré une centaine de places fortes. L’ingénieur n’avait pas l’ambition de faire des forteresses inexpugnables, car la stratégie consistait alors à gagner du temps en obligeant l’assaillant à immobiliser des effectifs dix fois supérieurs à ceux de l’assiégé. Il dota la France d’un glacis qui la rendit inviolée durant tout le règne de Louis XIV — à l’exception de la citadelle de Lille qui fut prise une fois — jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, où les forteresses furent démodées par les progrès de l’artillerie.

Une centaine de places fortes!
Il suffit d’en visiter une seule pour se convaincre de l’immense travail!

Vauban est un « sésame aux multiples portes » comme l’écrit Michèle Virol, un lieu de mémoire de la nation France à lui tout seul, un homme à multiples visages : stratège (réputé preneur de villes, il a conduit plus de quarante sièges), poliorcète (il a construit ou réparé plus de cent places fortes), urbaniste, statisticien, économiste, agronome, penseur politique, mais aussi fantassin, artilleur, maçon, ingénieur des poudres et salpêtres, des mines et des ponts et chaussées, hydrographe, topographe, cartographe, réformateur de l’armée (substitution du fusil au mousquet, remplacement de la pique par la baïonnette à douille). En un mot, une sorte de Léonard de Vinci français du Grand Siècle… Il a même écrit en 1695, pendant son séjour à Brest (il s’agissait de repousser une attaque anglaise) un Mémoire concernant la caprerie, dans lequel il défend la guerre de course par rapport à la guerre d’escadre (c’était là un grand débat depuis la bataille de la Hougue en 1692 qui avait vu nombre de navires français détruits).

Vauban fait parti de ces personnages dont la notoriété n’est pas pour moi à la hauteur de son mérite. Il me fait regretter de ne pas avoir plus travailler l’histoire à l’école:
J’ai sûrement « loupé » quantité de phénomènes comme lui dans les pages de l’Histoire du monde…