Echecs, la miniature du jeudi, tome 5

Nous sommes à New-York, en 1910.

Un siècle environ s’est donc écoulé depuis cette partie, mais elle est restée très … fraiche!

Elle opposa un nommé Sanders à un illustre inconnu.

Quand un seul des joueurs laisse son nom dans l’histoire, on peut supposer qu’il s’agissait d’une simultanée : Sanders défiant probablement quelques dizaines d’adversaires.

Cependant mes recherches pour vérifier cette hypothèse sont encore vaines aujourd’hui.

1 e4 e5
2 f4 d5


diag, from chessdiag

Le deuxième coup blanc nous invite à entrer dans les méandres romantiques du gambit roi. Gambit refusé (Les noirs ne prennent pas).
Ils utilisent un outil original : le contre gambit Falkbeer .

Ces sacrifices de pions qu’on appelle Gambit ont toujours fait rêver, et je me souviens avoir dans les années 90 avoir fait un assez long périple pour aller acheter dans une arrière boutique d’une petite ville luxembourgeoise une trentaine de feuille A5 photocopiées et agrafées : 100 parties (non commentées) sur le gambit Blackmar-Diemer (1 d4 d5 2 e4 dxe4 3 Cc3 Cf6 4 f3 exf3 diag) Que de plaisir à analyser ces parties ! Mais revenons à New York en 1910 :

3 Cc3 dxe4
4 Cxe4 exf4
5 Fc4


diag, from chessdiag

Les noirs semblent avoir une forte attaque :

5 … Dh4+
6 g3 fxg3


diag, from chessdiag

On dirait bien la variante bien connue « OULALA J’ai BOBO »

6 De2 g2+
7 Rd1 gxh1D


diag, from chessdiag

Les noirs ont maintenant deux Dames ! Il n’empêche que ce sont les Blancs qui matent en deux coups ! Trouverez vous le chemin qui les mène à la victoire et à la postérité ?

(En cliquant sur un diagramme, vous pouvez l’éditer et coller le code pour WordPress entre deux balises diag en commentaire…)

LIENS :