On a le droit d’ecrire toutes les conneries qu’on veut…mais pas partout

Je me suis parfois insurgé contre des bêtises écrites ici ou là sur la toile. Je me disais alors : ce site est infréquentable et je le mettais dans ma liste noire…

Au Maroc, cela ne fonctionne pas tout à fait pareil : C’est un blogueur de 32 ans, Mohamed Erraji, qui en a fait les frais. Erraji avait été arrêté vendredi 5 septembre à Agadir, deux jours après avoir publié un article intitulé « Le Roi encourage le peuple à l’assistanat » sur le site web d’information Hespress.

Il vient d’être jugé, rapidement :

Deux ans de prison ferme et une amende de 5000 dirhams sanctionnent donc sa prise de position politique.

Loin de moi l’idée que ce qu ‘à écrit ce jeune marocain est une connerie ! Je n’en sais rien. Je n’ai même pas lu son billet.

Mais j’aimerai beaucoup que certains bloggueurs des pays vraiment libre, pseudo journalistes qui oeuvrent en distillant haine et venin, en insultant, en calomniant, qui font de la médisance leur fond de commerce prennent un peu de risques.

Et qu’au lieu de zoomer sur les « horribles » veines des bras de Madona ou d’ ironiser sur  la taille de notre président, qu’ils écrivent un bref article sur la liberté qu’ils ont de publier (presque) toutes les conneries qu’ils veulent…

D’accord, c’était la mienne …de connerie.

Dunes de Merzouga
Creative Commons License photo credit: Alexbip

INFORMATION MISE A JOUR EN COMMENTAIRE