Il faut battre son frère quand il est chaud #chess

Combien de fois ai-je entendu, ou même dit :

 » -Bon sang,  j’avais une position gagnante… Il était cuit … »

Alors que sur la feuille de match, le résultat final prouvait le contraire.

Quand on a une position gagnante, peut-être a-t-on tendance, à tort, à se relâcher.  Alors qu’un peu de rigueur nous permettrait de conclure rapidement.


diag, from chessdiag
Trait aux Blancs

Dans la position du diagramme, Illi avec les Blancs ne loupa pas Lurje, à Zurich, en 1982.

Ferez-vous aussi bien ?

Solution sous la photo :

Un paysage
Creative Commons License photo credit: andrefromont/fernandomort

Le Roi Noir ne demande qu’à s’enrhumer. Mais comment continuer l’attaque ? Un échec de la Dame Blanche en b1, c2 ou d3, se verrait conté par 1. … f5 (Comprendre la notation algébrique) Et les perspectives de Champagne s’évanouiraient…

Ah si La Dame pouvait pénétrer le camp Noir…

Et l’idée apparait : Débarrassons nous du Fou f3 pour entrer via h5 !

1. Fe4+ ! et c’est fini !!!


diag, from chessdiag

1. … dxe4 2. Dh5+


diag, from chessdiag

Et les Noirs devront donner la Dame en g7 pour retarder un peu le mat :
2. … Rg8 3. Tag1+ Dg7 4. Txg7+ Rxg7 5. Tg1#


diag, from chessdiag

(En cliquant sur un diagramme, vous pouvez l’éditer et coller le code pour WordPress entre deux balises [diag][/diag] en commentaire…)


Tout pour le joueur d’échecs

LIENS :

Lire aussi: