Bon anniversaire Monsieur Salvador !

Le doyen de la variété française fête ses 90 ans aujourd’hui sur la scène du Sporting Club de Monte-Carlo, avant Paris en octobre et décembre.

Lire la suite

Henri Salvador :

«En presque un siècle, j’ai rencontré des gens extraordinaires, Boris Vian, Quincy Jones, Bernard Dimey, Django Reinhardt et même Georges Bernanos.»

Tempète dans un bénitier

Le grand retour d’un rite ancien


Smile !, originally uploaded by Gepat.

La lettre que Benoît XVI va publier cette semaine est un «Motu Proprio» («de son propre chef», en latin), écrite sans concertation. Ce texte doit réhabiliter la messe telle qu’elle était pratiquée avant Vatican II, mais seulement pour les prêtres qui souhaitent pratiquer l’ancien rituel. Les autres continueront à célébrer la messe ordinaire, inspirée de Vatican II.


Georges Brassens, originally uploaded by curiousyellow.

Rappelons nous Brassens et son « Tempète dans un bénitier: »

Tempête dans un bénitier
Le souverain pontife avec que
Les évêques, les archevêques
Nous font un satané chantier

Ils ne savent pas ce qu’ils perdent
Tous ces fichus calotins
Sans le latin, sans le latin
La messe nous emmerde
A la fête liturgique
Plus de grand’s pompes, soudain
Sans le latin, sans le latin
Plus de mystère magique
Le rite qui nous envoûte
S’avère alors anodin
Sans le latin, sans le latin
Et les fidèl’s s’en foutent
O très Sainte Marie mèr’ de
Dieu, dites à ces putains
De moines qu’ils nous emmerdent
Sans le latin

Je ne suis pas le seul, morbleu
Depuis que ces règles sévissent
A ne plus me rendre à l’office
Dominical que quand il pleut

Il ne savent pas ce qu’ils perdent
Tous ces fichus calotins
Sans le latin, sans le latin
La messe nous emmerde
En renonçant à l’occulte
Faudra qu’ils fassent tintin
Sans le latin, sans le latin
Pour le denier du culte
A la saison printanière
Suisse, bedeau, sacristain
Sans le latin, sans le latin
F’ront l’églis’ buissonnière
O très Sainte Marie mèr’ de
Dieu, dites à ces putains
De moines qu’ils nous emmerdent
Sans le latin.

Ces oiseaux sont des enragés
Ces corbeaux qui scient, rognent, tranchent
La saine et bonne vieille branche
De la croix où ils sont perchés

Ils ne savent pas ce qu’ils perdent
Tous ces fichus calotins
Sans le latin, sans le latin
La messe nous emmerde
Le vin du sacré calice
Se change en eau de boudin
Sans le latin, sans le latin
Et ses vertus faiblissent
A Lourdes, Sète ou bien Parme
Comme à Quimper Corentin
Le presbytère sans le latin
A perdu de son charme
O très Sainte Marie mèr’ de
Dieu, dites à ces putains
De moines qu’ils nous emmerdent
Sans le latin

Mika Grace Kelly

Un petit chef d’oeuvre, plus je l’écoute plus je l’aime…

Do I attract you?
Do I repulse you with my queasy smile?
Am I too dirty?
Am I too flirty?
Do I like what you like?

I could be wholesome
I could be loathsome
I guess Im a little bit shy
Why dont you like me?
Why dont you like me without making me try?

I try to be like Grace Kelly
But all her looks were too sad
So I try a little Freddie
Ive gone identity mad!

I could be brown
I could be blue
I could be violet sky
I could be hurtful
I could be purple
I could be anything you like
Gotta be green
Gotta be mean
Gotta be everything more
Why dont you like me?
Why dont you like me?
Why dont you walk out the door!

How can I help it
How can I help it
How can I help what you think?
Hello my baby
Hello my baby
Putting my life on the brink
Why dont yo like me
Why dont you like me
Why dont you like yourself?
Should I bend over?
Should I look olde

I try to be like Grace Kelly
But all her looks were too sad
So I try a little Freddie
I’ve gone identity mad !

Say what you want to satisfy yourself
But you only want what everybody else says you should want

Fatals Picards et Eurovision

EUROVISION

Les Fatals Picards représentent ce soir la France, qui n’a pas remporté le concours de l’Eurovision depuis trente ans.
Je les ai déjà évoquer dans un billet (avec une chanson pour les profs)
ici: http://woufsblog.blogspot.com/2007/04/prof-vu-par-les-fatals-picards.html

Soirée kitch, peut-être un peu de mauvais goût, mais je serai devant la télé, une fois n’est pas coutume…

Tout ça me fait un peu penser à la chanson de Benabar, sur Maritie et Gilbert Carpentier:

Déjà lavé en pyjama… qui me gratte, dans la télé des Claudettes… en grappe, parce que demain y’a pas école, Mike Brandt, Sacha Distel. Play-back et pattes d’éléphant, rouflaquettes et costumes blancs, ils avaient des beaux habits qu’ils doivent regretter amèrement aujourd’hui. Ils portaient bien la moustache, dans des décors pas encore kitch, micro tenu du bout des doigts, en éloignant le fil d’un geste du bras.

Maritie et Gilbert Carpentier sont heureux de vous présenter, attention l’émission va commencer, Maritie et Gilbert Carpentier.

Quelques décors pour faire Broadway, un réverbère, un cabaret, un faux saloon c’est l’Amérique, et des trucages préhistoriques. Ils s’appelaient presque tous Michel, Polnareff, Jonasz, Delpech, Michel Fugain, Michel Berger, et Michel le Forestier.

Maritie et Gilbert Carpentier sont heureux de vous présenter, attention l’émission va commencer, Maritie et Gilbert Carpentier.

Y’avait tellement d’applaudissements, qu’on dirait une émission d’maintenant, ambiance fox-trot, Sylvie Vartan et des danseurs partout tout l’temps. Quand ils se trompaient de caméra, un petit tour et les revoilà. Le doigt vers l’objectif : je chante pour toi, on a tout à apprendre de Claude François.

Maritie et Gilbert Carpentier sont heureux de vous présenter, attention l’émission va commencer, Maritie et Gilbert Carpentier.

Puis défilait le générique qui annonçait le moment tragique :

« les enfants allez vous coucher », impossible de négocier, je sais, j’ai essayé…

Maritie et Gilbert Carpentier sont heureux de vous présenter, attention l’émission va commencer, avec les moyens techniques de la SFP !

Pour terminer ce billet un petit cadeau :

Clip non-officiel, créé les 12 et 13 avril 2007, avec des images de chanteurs/-teuses dans les années 70 ou 80 et la chanson de Bénabar (2005). Parfois, les images respectent les paroles; parfois, pas trop. C’est fait exprès!

Douceur angevine

Depuis quelques jours, j’avais une expression dans la tête (à cause de la météo mais aussi à cause d’une chanson, je viens de m’en rendre compte): « douceur angevine ».

Angevine : Relatif à l’ Anjou

Je vis dans le Pas-de-calais, donc cette expression n’est pas appropriée à ma vie quotidienne…

Mais d’où vient cette expression dans les méandres de mon cerveau??

Une petit recherche googolienne vient de me donner la solution:

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?
Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine :
Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l’air marin la doulceur angevine.

Joachim DU BELLAY (1522-1560)