Archives par étiquette : Nostalgie

Alors elle chante (photographies)

IMG_8412
Voir sur Fotolia

IMG_8414
Voir sur Fotolia

L’image « elle chante » ou « pont musical » de wouf est disponible sur Fotolia sous une licence libre de droits à partir de 1 crédit (crédit à partir de 0,74 €).

Auteur : wouf

Référence de la photo : #97486691#97486759

Mots clés : amour beauté belle black bonheur bouche chanter charme cils compréhension douceur femme fille fuchsia fêtes grâce holographique iris jolie karaoke lèvres mannequin maquillage micro musique nez noir npa piercing polish préparer pupille regard rose sortir vernis vernis a ongles vert visage yeux élégance

Citation 136 : Je parle en dormant. Au bureau, c’est gênant ! Pierre Doris

Citation 136

Je parle en dormant. Au bureau, c’est gênant !

écrivait Pierre Doris. Cette citation et le design ci-dessus vous plaisent ?

 

citation 96 : Le bonheur, c’est avoir une bonne santé et une mauvaise mémoire. Ingrid Bergman

Citation 96

Le bonheur, c’est avoir une bonne santé et une mauvaise mémoire.

écrivait Ingrid Bergman. Cette citation et le design ci-dessus vous plaisent ?

Citation 90 : La seule différence entre un ouvrier qui travaille à la mine et un musicien de jazz, c’est que le musicien n’a pas de lampe frontale. Daniel Humair

Citation 90

La seule différence entre un ouvrier qui travaille à la mine et un musicien de jazz, c’est que le musicien n’a pas de lampe frontale.

écrivait Daniel Humair. Cette citation et le design ci-dessus vous plaisent ?

Citation 29 : Je connais mes limites. C’est pourquoi je vais au-delà.

Citation29

Je connais mes limites. C’est pourquoi je vais au-delà.

écrivait Serge Gainsbourg. Cette citation et le design ci-dessus vous plaisent ?

  • Un Tshirt est disponible sur la boutique !
  • D’autres citations ? C’est là !
  • Une citation à proposer ? c’est là !

De nombreux autres produit sont disponibles avec ce visuel :

Je connais mes limites. C'est pourquoi je vais au-delà. Serge Gainsbourg

Je connais mes limites. C’est pourquoi je vais au-delà.
Serge Gainsbourg

Jean Yanne nous manque…

Jean Yanne

Il nous a quitté le 23 Mai 2003. Sa manière de plaisanter, agressive, débraillée, versant du vitriol sur des plaies ouvertes, tenant la compassion pour obscénité, a d’abord choqué avant d’émouvoir. Aujourd’hui tout le monde connait Jean Yanne… En confondant l’homme et ses personnages de cinéma dans la même affection nostalgique…

Play list :

Découvrez la playlist Jean Yanne avec Jean Yanne


Quelques citations :

  • D’après une étude américaine, 20% des habitants de notre planète parle anglais. Oui, les 80% restant n’ont pas compris la question.
  • L’amour, c’est un sport. Surtout s’il y en a un des deux qui veut pas.
  • Les ruptures difficiles avec les femmes, c’est souvent à cause de la conjugaison. A chaque fois qu’on leur a dit je t’aime, on aurait du préciser que c’était du présent.
  • Vivre seul, c’est prendre plaisir à manger du céleri rémoulade dans son papier d’emballage.
  • Le plus beau compliment que je puisse faire à une femme est de lui dire : je suis aussi bien avec toi que si j’étais tout seul.
  • En fait l’important ne serait pas de réussir sa vie, mais de rater sa mort.
  • La plupart des calomnies qui courent sur mon compte sont plus douces que ce que je dirais sur moi si l’on m’interrogeait.
  • J’ai bonne conscience : je roule dans une voiture allemande mais mon tailleur est juif.
  • L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, c’est une connerie. Prenez les éboueurs…
  • Les hommes naissent libres et égaux en droit. Après ils se démerdent.

Quelques liens :

Kung Fu est mort.

David Carradine
Creative Commons License photo credit: EmaStudios

David Carradine est mort aujourd’hui. Kung Fu s’en est allé. A pied, sûrement….

C’est surement un peu restrictif de l’associer à Kung Fu aussi radicalement, surtout si on relit sa filmographie sur wikipedia, mais pour ceux de ma génération Carradine était Kung Fu et des phrases saugrenues  comme :

– » J’aime bien Kung Fu dans Kill Bill ! » ont été prononcé plus d’une fois !

Pour les plus jeunes, cette série raconte les aventures d’un moine shaolin, métis né d’un père américain et d’une mère chinoise, Kwai Chang Caine (« Petit Scarabée »), en fuite après avoir tué le neveu de l’Empereur de Chine, qui a lui-même abattu le maître du héros.

Il se réfugie aux États-Unis pour échapper aux représailles des Chinois et part à la recherche de son demi frère, Danny, installé dans le pays. Il voyage seul et à pied dans l’ouest américain, travaillant occasionnellement pour survivre. Son allure atypique et le fait que sa tête a été mise à prix en font souvent la victime de desperados et de voyous. Contre eux, il ne dispose que d’une seule arme : son habileté dans les arts martiaux.

Ce concept de héros bouddhiste non-violent, a permis aux occidentaux de découvrir une culture différente de la leur et a démocratisé la pratique des arts martiaux en France.

Le mérite du concept de cette série revient à Bruce Lee qui voulait diffuser l’esprit des arts martiaux aux États-Unis et casser l’image de violence qui y était associée.

Adieu Kung Fu.

Jean-Patrick, pas privé de désert.


Vous êtes sur mobile ?
Pour chanter avec lui, c’est plus pratique avec les paroles :

Moi je traîne dans le désert depuis plus de 28 jours
Et déjà quelque mirages me disent de faire demi-tour
La fée des neiges me suit tapant sur son tambour

Les fantômes du syndicat des marchands de certitudes
Se sont glissés jusqu’à ma lune, reprochant mon attitude
C’est pas très populaire le goût d’la solitude.

[Refrain]
Quand t’es dans le désert depuis trop longtemps
Tu t’demandes à qui ça sert toutes les règles un peu truquées
Du jeu qu’on veut te faire jouer
Les yeux bandés.

Tous les rapaces du pouvoir menés par un gros clown sinistre
Plongent vers moi sur la musique d’un piètre accordéoniste,
Je crois pas qu’ils viennent me parler des joies de la vie d’artiste

De l’autre coté ,voilà Caïn toujours aussi lunatique
Son œil est rempli de sable et sa bouche pleine de verdicts
Il trône dans un cimetière de vielles pelles mécaniques.

[Refrain]
Quand t’es dans le désert depuis trop longtemps
Tu t’demandes à qui ça sert toutes les règles un peu truquées
Du jeu qu’on veut te faire jouer
Les yeux bandés.

Les gens disent que les poètes finissent tous trafiquants d’armes
On est 50 millions de poètes, c’est ça qui doit faire notre charme
Sur une lune de Saturne mon perroquet sonne l’alarme
C’est drôle mais tout le monde s’en fout

Vendredi tombant nul part, y a Robinson solitaire
Qui m’a dit :  » j’trouve plus mon île, vous n’auriez pas vu la mer  »
Va falloir que j’lui parle du thermonucléaire.

[Refrain]
Quand t’es dans le désert depuis trop longtemps
Tu t’demandes à qui ça sert toutes les règles un peu truquées
Du jeu qu’on veut te faire jouer
Les yeux bandés.

Hier un homme est venu vers moi d’une démarche un peu traînante
Quand je lui ai demandé: « t’as tenu combien de jours », il a répondu : « bientôt 30 »
Je me souviens qu’il espérait tenir jusqu’à 40

Quand j’lui ai demandé son message, il m’a dit d’un air tranquille :
Les politiciens finiront tous au font d’un asile
J’ai compris que je pourrais bientôt regagner la ville.

[Refrain]
Quand t’es dans le désert depuis trop longtemps
Tu t’demandes à qui ça sert toutes les règles un peu truquées
Du jeu qu’on veut te faire jouer
Les yeux bandés.

Quand t’es dans le desert

A noter : son site personnel semble renvoyer sur son facebook:
http://www.jpcapdevielle.com/

Séquence nostalgie : le pull-over blanc

Séquence nostalgie, comme ils disent dans le blaupunkt de ma vieille Porsche de 88. En fait c’est pas un blaupunkt mais j’aime la sonorité de cette marque. De toute façon je n’ai pas de Porsche non plus, c’est une vieille BMW.

Elle avait des airs de petites filles…

Et tu cherches à comprendre, ça sert à rien tu perds ton temps. Elle était belle et tendre, tu l’aimais dans son pull-over blanc…

La chanteuse s’appelait Graziella De Michele. On devait le clip à Cyril Collard. C’était en 1986, je venais de décrocher mon bac…

Voir sur périphérique mobile

Pour terminer sur une note culturelle, ce texte de Cyril Collard : (Quatrième de couverture de L’Ange sauvage)

Et puis moi. L’ange sauvage,
Serrant le corps d’une gazelle brûlante,
J’attends de la colère des Dieux
Ou de la beauté des diables
Qu’elles envahissent mon monde mourant,
Qu’elles extirpent la pourriture
Des pores de ma peau sirupeuse
Et la jettent en pâture
Aux chiens du port,
Leur poil comme un duvet de misère
Caressé par les mains rugueuses
Des marins pressés par le temps.
Et moi l’ange sauvage
Je m’avance dans la fumée d’un quai désert,
Je découvre des carcasses de métal
Et des manèges abandonnés,
Pont d’un cargo,
Grand nord, mers de glace
L’ange sauvage devient ange déchu
et termine simple mortel au coin d’un bar.