Archives par étiquette : statistiques

Des nouvelles de la sorcières aux dents vertes #poker #chance

Si vous n’étiez pas là pendant l’épisode précédent où je fustigeais la sorcière, c’est à lire ici

sorciere2Je supputais alors que je l’aurai sur le dos pendant 100 000 mains vu la taille de son chapeau. Pour être honnête, c’est vers la 75 millièmes mains qu’elle m’a quitté…

Oh je ne pavoise pas, je sais qu’elle reviendra !

IMG_7694.jpg

Les Echecs en France, politique et développement par B Sojka

Qui ne connait pas Bernard SOJKA ? Si vous êtes ,comme moi joueur d’échecs, vous l’avez croisé forcément dans les allées d’un tournoi. Pour les autres, ceux qui n’ont pas la chance de l’avoir rencontré ,Bernard est un homme étonnant : Arbitre international, riche d’une culture générale exceptionnelle et d’un savoir échiquéen inégalé, Bernard Sojka est ,entre autre, également fourni d’un mauvais fort caractère et d’une profonde humanité…

Nous nous sommes rencontré lors des championnats de France des aveugles et non-voyants, ce week-end et avons abordé l’évolution politique des échecs en France depuis quelques décennies. Bon c’est vrai qu’il sensiblement plus âgé que moi (nanana nanère) mais je ne suis pas non plus un canard de l’année….

A cette occasion je luis ai proposé cette tribune pour vous faire part de son analyse.

IMG_1038.jpg

En 2012, les deux candidats à la présidence de la FFE sont venus , dans le cadre de leur campagne électorale, au tournoi du Cap d’Agde. A cette occasion, je leur ai posé la question de savoir quelle allait être leur politique quant aux petits clubs ? J’ai immédiatement souligné le fort taux de mortalité de ces derniers que j’ai rapproché du manque d’intérêt patent de tous les dirigeants fédéraux vis à vis d’eux. Ceci se traduisait par le manque de compétitions qui leur était réservées et, petit à petit, par leur disparition. Cela ressemblait à la fonte de la banquise.

Les deux candidats se sont dits intéressés par la question et m’ont demandé de leur fournir un document propre à y remédier.

C’est au milieu du siècle dernier que je mis pour la première fois les pieds dans un club d’Echecs. De ce fait, je pense avoir un recul certain sur la vie échiquéenne fédérale. J’ai vu une fédération inerte et quasiment feue reprendre goût à la vie pour devenir l’une des meilleurs fédérations mondiales, et ce dans l’indifférence quasi-générale.

Suite à l’invitation des deux candidats, je me suis immédiatement penché sur la question du document que je vous présente et qui se compose de quelques pièces. Il m’a fallu plus d’un an pour le rédiger et reconstituer la vie des compétitions fédérales. Hélas, il n’existe aucune archive à la fédération et je sais que certains documents sont incomplets, voire partiellement erronés. Que tous ceux qui peuvent apporter aide et précisions le fassent en m’écrivant à l’adresse suivante : bernard.sojka@sfr.fr et je les remercie d’avance.

Le document se décompose en quelques pièces, toutes au format pdf. Chacun pourra le lire sur son ordinateur moyennant un visualisateur comme Acrobat Reader, Sumatra, ou d’autres encore.

J’ai choisi de propager ce document à tous les clubs de la FFE afin que chacun puisse prendre conscience du sujet, et l’inciter peut être à changer son fusil d’épaule afin d’aider un peu ceux qui sont dans le besoin de compétitions.

Comme ce sont les Interclubs par 8 qui sont la cause de nos tourments, j’ai accepté de faire partie de commissions mises en place par la fédération nouvellement élue. En particulier celle sur les compétitions et aussi une autre sur le handicap.

Mon avis est neutre et n’affiche aucun penchant vers qui que ce soit des élus actuels : j’ai appris à savoir me désengager quand les dirigeants privilégient leur carte de visite à sur leurs engagements passés.

Seuls des dirigeants responsables sauront retirer la substantifique moelle de cet ensemble. Ceci permettra à chacun de juger.

Les documents fournis sont au nombre de 5

1- l’acte de naissance du Championnat par équipes de 8 (2 pages) : ActeDeNaissance
2- la liste des clubs de la FFE au 20 mai 2013 : 20130520-ClubsFFE-2013
3- le palmarès des Championnats de France de 1980 à juin 2013. (voir le (*) plus bas) : 1980-2013-CFI
4- Des statistiques de l’INSEE publiées sur divers sites dont celui de Jeunesse et Sports et qui viendront appuyer mes déclarations : INSEE faites dans le rapport constitué par la 5° pièce, dénommé FFE-Compétitions : FFE-COMPETITIONS

Je sais que j’y donne des lignes de conduite mais tout ce que je propose est surtout fait dans les buts suivants :
· mettre fin à l’hémorragie des petits clubs qui ne cessent de sublimer.
· Permettre aux clubs de petite taille de s’étoffer et de gagner en qualité
· Promouvoir la formation des jeunes, des nouveaux venus, des féminines
· Préparer une réflexion quant à l’opportunité d’un secteur professionnel
· Rendre les compétitions équitables en mettant fin à des pratiques hypocrites consistant à éloigner les meilleurs joueurs amateurs de la compétition.
· Commencer à gérer les clubs en bon père de famille.

Je sais que j’aurais beaucoup de supporters et encore plus de détracteurs : c’est la logique de la vie en collectivité ! Mais ce document n’est pas fait pour plaire, puisqu’il s’agit surtout d’un constat.

A l’heure où Internet est entré en force dans les familles, il est temps que la FFE fasse tout ce qui est possible pour ramener les joueurs d’échecs dans les clubs et les incite à participer activement à leurs activités.

Mes remerciements iront à

· la Bibliothèque Nationale qui m’a permis de retrouver nombre d’informations qui me manquaient,
· MM. Jacques Lambert -qui accepta de créer cette compétition- , Jean Claude Loubatière (+) qui la popularisa et Michel Roos (+) qui la proposa,
· (*) M. Dominique Thimognier qui publiera les détails desdits championnats sur le site « Héritage des Echecs Français ».

Bonne lecture à tous.

 

Citation 17 : Les Echecs. Le seul d’entre tous les jeux qui échappe à la tyrannie du hasard.

powered by Spreadshirt

Les Echecs. Le seul d’entre tous les jeux qui échappe à la tyrannie du hasard.

écrivait Stefan Zweig. Cette citation et le design ci-dessus vous plaisent ?

  • Un Tshirt et d’autres produits sont disponibles sur la boutique !
  • D’autres citations ? C’est là !
  • Une citation à proposer ? c’est là !

Remarques :

Un autre visuel

Un autre visuel est disponible, associé au logo du Cavalier Noir, club d’échecs d’Arras, où je sévis depuis… 30 ans.

Citation 17B

Attention

Pour ce deuxième visuel, la citation de Stefan Zweig est sur le dos du Tshirt.

La ligue Nord-Pas-de-Calais des Echecs

Plus de renseignement sur les clubs de ma région ? C’est ici :

 


diag, from chessdiag

A vous de jouer !

Poker : courbe en cloche et attitude face à la malchance

chimie

La courbe en cloche ou courbe de Gauss est l’une des courbes mathématiques les plus célèbres. On la voit apparaître dans un grand nombre de situations concrètes — en statistiques et en probabilités — et on lui fait souvent dire tout et n’importe quoi.(1)

Pour en savoir plus sur cette courbe, je vous conseille cette petite vidéo :

Tous les joueurs de Poker sont confrontés à la variance. Pour certain c’est une justification, un genre d’excuse pour s’autoriser à jouer mal. Pour d’autres c’est l’ennemi, qui les effrayent et les conduit au tilt. Faut-il en tenir compte ou faut-il l’ignorer ?

Une vérité mathématique : c’est à long terme que la fréquence s’approche de la probabilité.

J’ai simulé sous Python le lancée d’une pièce 100 millions de fois :

import random

s=0
for i in range(1,100000001):
    r=random.randint(0,1)
    s=s+r
    if (i%10000000==0):
        print ("lancees :",i,"piles :",s,"frequence :",s/i)

Le résultat est classique :

>>> ================================ RESTART ================================
>>> 
lancees : 10000000 piles : 4998747 frequence : 0.4998747
lancees : 20000000 piles : 10001071 frequence : 0.50005355
lancees : 30000000 piles : 15000402 frequence : 0.5000134
lancees : 40000000 piles : 20001787 frequence : 0.500044675
lancees : 50000000 piles : 24998410 frequence : 0.4999682
lancees : 60000000 piles : 29996608 frequence : 0.49994346666666667
lancees : 70000000 piles : 34999458 frequence : 0.49999225714285717
lancees : 80000000 piles : 39997336 frequence : 0.4999667
lancees : 90000000 piles : 44998925 frequence : 0.49998805555555553
lancees : 100000000 piles : 50001889 frequence : 0.50001889

La fréquence de pile s’approche de la fréquence théorique de 0,5, qui est appelée probabilité de l’événement « La pièce tombe sur pile »

Mais abandonnons la pièce et revenons aux OESD , couleurs et autres Gutshot…

Un OESD est un tirage quinte bilatéral. Avant de fréquenter les sites de poker sur la toile (3) je disais « tirage par les deux bouts »…

Par exemple vous avez  JT  (Valet , dix) et le flop (arc-en-ciel) montre Q,2,9 (Dame, deux, neuf ). Les quatre 8 et les quatre  rois vous donnent  la quinte et probablement la meilleur main.

Les Reg vous diront que vous avez une côte de 5 contre 1 environ, c ‘est à dire que la probabilité de toucher un out est environ 16%. Vous aurez donc intérêt à suivre une mise si elle peut vous faire gagner plus de 5 fois son montant. (côte du pot supérieur à 5:1).

Prenons un cas limite en guise d’exemple :

Le pot fait 85€. Votre adversaire mise 15 euros, vous offrant une bonne  côte pour suivre de 100:15 soit 6,67:1.

Normalement sur 6 parties de ce type vous allez investir 6 fois 15 = 90 Euros

Vous allez perdre 5 fois mais gagner 1 fois 100€.

Sur 6 parties le gain théorique est de 10€ ( Soit 1,67€ par partie, qui est aussi la différence entre côte du pot de 6,67:1 et côte de 5:1)

Là aussi une simulation sur Python est très enrichissante :

import random

bankroll=1000
for i in range(1,10001):
    r=random.randint(1,6)
    bankroll=bankroll-15
    if (r==6):
        bankroll=bankroll+100
        print (i,(bankroll-1000)/i,bankroll)

Notre joueur dispose d’une bankroll de 1000€, et répète l’expérience suivante :

5 fois sur 6 il perd 15€ et une fois sur 6 il gagne 100€.

A chaque fois qu’il gagne on affiche successivement le rang de l’expérience, le gain par partie, et la bankroll du joueur.

Quelques extraits du log des résultats :

Python 3.3.2 (v3.3.2:d047928ae3f6, May 16 2013, 00:03:43) [MSC v.1600 32 bit (Intel)] on win32
Type "copyright", "credits" or "license()" for more information.
>>> ================================ RESTART ================================
>>> 
33 -11.969696969696969 605
56 -11.428571428571429 360
57 -9.736842105263158 445
62 -8.548387096774194 470
73 -8.150684931506849 405
79 -7.405063291139241 415
89 -7.134831460674158 365
94 -6.48936170212766 390
99 -5.909090909090909 415
104 -5.384615384615385 440
113 -5.265486725663717 405
127 -5.551181102362205 295
129 -4.922480620155039 365
133 -4.473684210526316 405
137 -4.0510948905109485 445

Ainsi à la 137 ème main, notre bankroll a fondu de moitié, nous perdons environs 4€ par main…

Bad Run, tilt et dépression ? 

J’étais un peu dans cette situation quand je me suis décidé à rédiger cet article. Pourquoi,  ?

Simplement car je commençais à coucher mes tirages à bonne côte avec la certitude imbécile que… décidément ça ne rentrait plus !

Mon conseil après relaxation  et réflexion.

Continuer à jouer son A-game avec optimisme et un soupçon de fatalisme. Le véritable soucis est en amont, c’est la gestion de votre bankroll. Ce sera l’objet d’un futur billet.

Pour terminer un autre extrait du log des résultats :

9973 0.6322069587887296 7305
9981 0.6296964232040878 7285
9983 0.6365821897225283 7355
9995 0.6278139069534767 7275
9997 0.6346904071221366 7345

Après environ 1000 parties, le gain par expérience est encore bien loin du gain théorique mais, la bankroll a été multiplié par 7.

J’ai un peu modifié le programme pour afficher le résultats après 10 millions d’expérience :

Python 3.3.2 (v3.3.2:d047928ae3f6, May 16 2013, 00:03:43) [MSC v.1600 32 bit (Intel)] on win32
Type "copyright", "credits" or "license()" for more information.
>>> ================================ RESTART ================================
>>> 
10000000 1.67556 16756600
>>>

Nous l’avons notre gain théorique !

Conclusion :

Soyons zen !

Adsense, variation saisonnière, vacances et racines carrées

Les variations saisonnières sont des fluctuations des ventes d’un produit qui se reproduisent chaque année aux mêmes périodes. Un exemple qu’on donne traditionnellement, en marketing est la vente du chocolat. Des périodes festives comme Pâques et Noël engendrent d’immenses pics de consommation.

Visiting the Salon du Chocolat 2009, Paris

Les webmasters qui monétisent leurs publications avec Adsense par exemple, se rendent vite compte de l’importance de ces variations saisonnières. Ces variations sont principalement liées aux thématiques abordées.

 

Un exemple très parlant est issu de mon expérience personnelle. Le site de Wouf est un site à vocation pédagogique. Fréquenté par de nombreux collégiens en période scolaire, il est quasiment déserté durant les mois d’été.

En travaillant avec google analytics et google Tendances de recherches on peut même aller plus loin :

 

Prenons, dans la vue d’ensemble des sources de trafic, un mot clef qui génère des visites nombreuses. Sur le site de Wouf, j’ai choisi « racine carrée ». (J’ai d’ailleurs remarqué que ce mot clef était loin derrière l’expression à l’orthographe approximative « racine carré »…).

La racine carrée d’un nombre réel positif x est le nombre positif dont le carré vaut x, mais ça vous le savez !

Vérifions maintenant les tendances de recherche sur cette expression et admirons la courbe :

C’est en septembre… Quand l’été remet ses souliers chantait Bécaud que l’on a les jolis pics. Et puis toute l’année l’intérêt baisse. Mais on peut se poser une question. L’étude des racines carrées, en troisième, ne se fait pas forcément en début d’année scolaire. Cela dépend des « progressions », personnelles à chaque enseignant de mathématiques. Alors la courbe n’aurait pas plutôt du faire apparaitre des créneaux ?

Vous, vous analysez ça comment ? J’en profite pour vous souhaiter, chers visiteurs, une excellente rentrée scolaire !

créneaux

C’est quoi la beaulitique ?

Portraits de politiciens
Creative Commons License photo credit: pierret_christian

La beaulitique est un mot qui n’existe pas, mais qui, à mon humble avis mériterait d’entrer en grande pompe dans les dictionnaires et encyclopédies.

Combien de fois ai-je penser :

Il a vraiment une bonne tête lui, il m’inspire confiance ou respect.

Ou, en d’autre occasion :

Cet homme me fait peur, on dirait un général allemand dans les films de guerre…

Ou encore :

Elle va moins souvent que moi chez le coiffeur, elle. (C’est dire !)

(C’est une fiction, tout rapport avec des personnages réels est purement fortuit :) )

to the heavens...
Creative Commons License photo credit: ucumari

Plus sérieusement, je viens de lire avec attention un article de lci.fr qui dit en substance ceci :

Une étude finlandaise aurait démontré que les hommes politiques de droite seraient plus beaux que leurs opposants de gauche et en profiteraient aux élections.

Bon soit… Dans une meute de loups, je ne pense pas dire de bêtises en écrivant que le chef est olfactivement  charismatique. Dans une société humaine, le nez s’efface un peu devant les yeux, et même si on a gardé des expressions du genre « Je ne peux pas le sentir » c’est évidemment la vue qui nous donne une première impression. La « beauté » a donc son importance, en politique… aussi.

A la connaissance des auteurs de l’étude, ce n’est pas la première fois qu’on montre qu’être beau apporte plus de votes, mais ce sont les premiers à s’intéresser au rapport entre la beauté la tendance politique.

C’est la porte ouverte à d’autres études éminemment intéressantes :

  • Les spectateurs de TF1 sont-ils plus beaux que ceux de France3 ?
  • Les lecteurs de La voix du Nord sont-ils plus élégants que ceux du journal de Mickey ?
  • Les fans de Souchon ont-ils plus de charmes que ceux de Dalida ?
  • Quand on roule en Renault 12, est-on plus laid qu’en Simca 1000?
  • Les supporters du XV tricolore sont-ils plus sexys que ceux d’outre Manche ? (Ça, j’en suis sur!)

Ceci étant dit, j’adore ce genre d’étude qui ne fait pas avancer la science, mais qui fait passer le temps… Le temps qui détruit petit à petit toute beauté*… (Euh en vieillissant, en politique, on retourne sa veste alors ? C’est vrai que ça arrive…)

SOURCES :

* C’est pas nécessairement vrai ! D’ailleurs qu’est-ce que la beauté ? Je trouve cette grand mère très belle. Émouvante et belle.

.an old lady with an umbrella in Ravangla market!
Creative Commons License photo credit: Sukanto Debnath

Statistiques et Poker : La paire de valet au préflop

Je vous propose ces résultats à apprendre par coeur, ou à imprimer et coller près du PC pour les joueurs « en ligne »

Vous avez deux valets au préflop, quelles sont vos chances d’avoir la meilleur main, au hold’hem après la rivière :

  • A deux joueurs : 77%  Soit une côte approximative de 3 contre 1
  • A trois joueurs :  61%  Soit une côte approximative de 2 contre 1
  • A quatre joueurs : 49%  Soit une côte approximative de 1 contre 1
  • A cinq joueurs : 40%  Soit une côte approximative de 2 contre 3
  • A six joueurs : 33%  Soit une côte approximative de 1 contre 2
  • A sept joueurs : 28%  Soit une côte légèrement supérieure à 1 contre 3
  • A huit  joueurs : 25%  Soit une côte approximative de 1 contre 3
  • A neuf joueurs : 22%  Soit une côte légèrement supérieure à 1 contre 4
  • A dix joueurs : 19%  Soit une côte légèrement inférieure à 1 contre 4

Vous pouvez télécharger ce document imprimable :

valets

Statistiques étonnantes sur un blog multi-généraliste

ligne-editoriale

La ligne éditoriale un peu floue de Woufsblog, a créé il y a maintenant quelques années d’étranges polémiques au sein du microcosme des blogueurs amis : Un blog généraliste ne peut être référencé aussi bien qu’un espace dédié à une thématique unique.

C’est évident… Mais peut-être pas si important.

Woufsblog n’a pas de visiteur « type » , mais un joli panel d’individualités très très différentes…

Preuve en est cette petite étude sur les requêtes les plus fréquentes (Informations relatives aux termes de recherche ayant entrainé des visites)

Bon, il reste à dessiner, en vectoriel, le portrait robot de mon visiteur :

Il a des pantalons à pattes d’éléphants, un chapeau de magicien, et il écume les tournoi d’échecs africains, après de mythiques parties de chasses aux serpents. C’est un Wouf.

Merci à lui, et à vous pour votre fidélité à mes élucubrations multi-directionnelles !

crowded house
Creative Commons License photo credit: Darwin Bell

Probabiliste, joueur, probabilité et côtes

IMG_3746
Creative Commons License photo credit: fdecomite

Le vocabulaire est parfois source de discorde. Ainsi la probabilité d’un événement est souvent confondus avec sa côte. Pourquoi une telle erreur ? Simplement parce que « côte » et « probabilité » n’appartiennent pas aux mêmes champs lexicaux.
Probabiliste ou joueur, il s’agit de choisir son camp…

Pourtant le jeu et les probabilités sont indissociables ! Et pas seulement les jeux réputés (à tort) de hasard :

En effet aux Echecs par exemple, le hasard n’est pas de mise :

Les Echecs. Le seul d’entre tous les jeux qui échappe à la tyrannie du hasard.

(Stefan Zweig).

Le joueur qui travaille sa bibliothèque d’ouvertures utilise un indicateur statistique, qui lui donne la rentabilité d’un coup (dans une base de donnée)…

Cet article a pour but de clarifier la différence entre côtes et probabilités. On évoquera aussi l’espérance de gain.

Premier exemple :

Arthur et Barnabé joue à un jeu (idiot). Arthur paye 1€ pour jouer. Il lance un dé (à 6 faces) .  Lorsque le dé affiche 1 ou 6 Barnabé lui donne 2€.

Quelle est la probabilité qu’Arthur  a de gagner ?

2 évènements sont à prendre en considération (1 et 6) sur 6 en tout (1; 2; 3; 4; 5 et 6) soit une probabilité de gagner de 2/6 que l’on peut simplifier en 1/3. En pourcentage il a 33% environ de chance de l’emporter. Son espérance de gain est obtenue en retranchant la mise 1€ d’un tiers de deux euros :

2/3 -1 = -0,33 environ. Le jeu n’est pas rentable !

Quelle est la côte ?

Arthur a deux chances de gagner (1 et 6) sur 4 de perdre (2; 3; 4; 5). La côte est de de 2:4 soit 1:2. Ce qui ne veut absolument pas dire qu’il a une chance sur deux  de gagner ! Mais qu’il en a 1 contre 2.

C’est là que l’on peut se poser un problème amusant: Arthur peut gagner 2 fois plus que la mise à la côte  de 1 contre 2 donc cela semble un jeu assez équitable. Non ?

Non ! Il ne gagne pas deux fois plus que la mise ! Il ne gagne effectivement que 2-1=1€.

Les joueurs ont une façon plus simple de voir les choses : en terme de pot. Dans le moins bon des cas on perd 1€, dans le meilleur on gagne 1€. Les côtes du pot sont de 1:1 .

Les côte du pot (1:1) sont (nettement) supérieurs aux côtes de gains (1:2) : Le pot est trop cher, le jeu n’est pas rentable.

Deuxième exemple :

Casimir est en train de participer à un jeu à la télévision. Il est à le dernière question. Il hésite entre les réponses A et B : une chance sur deux se dit-il. Oui mais voilà il était au palier à 500 000 €, s’il perd il retombe à 100 000€ mais s’il gagne il empoche le million d’euros . Est-ce rentable de tenter ?

Côte de gain 1:1 (1 contre 1, soit 1 sur 2)

Côte de pot : 400 000:500 000 = 4:5

1>0,8 Il faut jouer !

Remarque :

Si vous vivez la même chose que Casimir, je décline toute responsabilité en cas de … « pas de bol »!

Golden Circle
Creative Commons License photo credit: Giant Ginkgo

Pour les européens, une femme doit être … française!

Selon une étude de l’agence Harris Interactive menée du 30 juillet au 12 août 2008 en France, en Allemagne, en Espagne, en Grande-Bretagne et en Italie, tous les européens n’ont d’yeux que pour les françaises…

D’après cette étude les Françaises sont les mieux habillées, les plus cultivées, les plus modernes, les plus drôles, et les plus séduisantes femmes d’Europe …

Oh, the Pantsuit
Creative Commons License photo credit: amalthya


En revanche, ce sont les femmes espagnoles qui se retrouvent en queue de peloton; elles s’éloigneraient donc le plus de l’idéal masculin européen…

Heureux sommes nous, hommes mariés à des françaises !

PS :  Je trouve ça un peu injuste pour les espagnoles.