The Communards – Don’t Leave Me This Way

En matière de musique, comme dans tous les domaines on ne peux pas tout connaître et tout aimer. Régulièrement sur Woufsblog, vous pouvez découvrir (redécouvrir) un artiste ou une petite parcelle de son oeuvre.

Dans la série souvenir-souvenir…

Un nouveau tag dans woufsblog ce soir : « 80’s »
Et pour inaugurer la série: Jimmy Somerville !

The Communards est un groupe musical new wave des années 1980, dont était membre le chanteur écossais Jimmy Somerville. Le groupe s’est formé en 1985 et dissous en 1988.

Après son départ des Bronski Beat en 1985, Jimmy Somerville, une des voix les plus étonnantes de toute l’Écosse, monte son propre groupe, The Communards.

The Communards est un duo formé de Jimmy Somerville donc et de Richard Coles, pianiste qui oeuvrait au sein de The Committee. Ils choisissent leur nom en hommage aux révolutionnaires de la Commune de Paris.

Les paroles ? Bon d’accord…

Don’t leave me this way
I can’t survive, I can’t stay alive
Without you love, oh baby
Don’t leave me this way
I can’t exist, I will surely miss
Your tender kiss
So don’t leave me this way

Oh baby, my heart is full of love and desire for you
So come on down and do what you’ve got to do
You started this fire down in my soul
Now can’t you see it’s burning, out of control
So come down and stisfy the need in me
Cos only your good loving can set me free

Don’t leave me this way
I don’t understand how I’m at your command
So baby please don »t leave me this way

Don’t leave me this way
Cos I can’t exist
I will surely miss
Your tender kiss
So don’t leave me this way

Oh baby, my heart is full of love and desire for you…

Don’t leave me this way
I can’t survive, I can’t stay alive
Without you love, oh baby
Don’t leave me this way
I can’t exist, I will surely miss
Your tender kiss
So don’t leave me this way

Oh baby, my heart is full of love and desire for you…

LIENS EXTERNES :

JUKE BOX

Après « Don’t leave me this way » je vous conseille son contraire :
« Comment te dire adieu… »

Votez pour cet article sur Scoopeo :

Epitaphe au mime Marceau, hymne à son prénom.

Le mime marceau, né le 22 mars 1923 à Strasbourg et mort le 22 septembre 2007, était un acteur et mime français.

Après avoir fréquenté l’École des arts décoratifs de Limoges, qui lui laissera le goût du dessin et de la peinture qu’il pratique régulièrement, Marcel Marceau devient l’élève de Charles Dullin, de Barrault et d’Étienne Decroux, qui établit la « grammaire » de l’art du mime qu’il appelait la « statuaire mobile ».

Tellement mime il était, le mime Marceau, que son prénom nous viens difficilement en tête. Emile Marceau ? Non! La sonorité nous trompe et nous attire vers le « mi » de mime…

Retour des choses, c’est cette sonorité qui nous trompe, et plus l’image qui nous charme…
Adieu Marcel.

Souvenir :

Papy Boyington (Robert Conrad)

Les Têtes Brûlées en DVD, voilà de quoi ravir les fans de cette série, nombreux en France mais présents également ailleurs. De là à en faire l’événement que l’on voit à la télévision, on peut être surpris : car si le succès des Têtes Brûlées en France ne s’est jamais démenti, le statut « culte » de la série est un phénomène récent, à vocation d’abord commerciale. Universal saisit l’occasion en sortant en trois coffrets l’intégralité de la série, soit 36 épisodes qui eussent pu être édités en un seul coffret.

Les vacances se terminent…

Lire en musique    ?



Golden Beach Karachi (Re-post), originally uploaded by AHMED..

Quand vient la fin de l’été sur la plage
Il faut alors se quitter peut-être pour toujours
Oublier cette plage et nos baisers
Quand vient la fin de l’été sur la plage
L’amour va se terminer comme il a commencé
Doucement sur la plage par un baiser

Le soleil est plus pâle mais nos deux corps sont bronzés
Crois-tu qu’après un long hiver notre amour aura changé ?
Quand vient la fin de l’été sur la plage
Il faut alors se quitter les vacances ont duré
Lorsque vient septembre et nos baisers

Quand vient la fin de l’été sur la plage
Il faut alors se quitter peut-être pour toujours
Oublier cette plage et nos baisers, et nos baisers
Et nos baisers !

Echecs : WCN est mort

WCN (World chess network) est mort, mangé il me semble par un plus gros ICC (Internet Chess Club).

Joueurs sur WCN, tous les jours depuis très longtemps, je n’étais même pas au courant de ce regroupement jusqu’au jour ou ma connexion fût impossible. Il faut dire que la communication avec les joueurs français minoritaires est assez souvent négligée.

Je dispose d’un nouveau serveur, http://www.worldchesslive.com qui bégaie un peu (c’est normal il vient de naître), d’un logiciel plus sophistiqué que l’ancien
wcnchess qui se nomme Dasher et avec lequel on peut jouer aussi hors ligne.

J’ai pu importer mon compte, mais pas completement (les espaces ne sont plus supportés.)
Je jouais sous mon vrai nom: Laurent petitprez, je suis devenu Wouf.

Mais j’ai un peu l’impression d’avoir perdu le petit commerce de proximité (c’est une image WCN était situé aux US) et de devoir me rendre à l’hypermarché pour satisfaire ma passion.

Beaucoup de chose dans l’évolution d’internet m’enthousiasme (web 2.0, essor du libre , richesse de la blogosphère…) mais cette dernière nouvelle m’attriste.

De cette même tristesse qui m’avait saisie il y a 25 ans quand l’épicier de mon quartier m’avait annoncé qu’il devait renoncer au coins « salles de jeu ».

J’avais alors fait ma dernière partie sur le flipper Kiss…

Fatals Picards et Eurovision

EUROVISION

Les Fatals Picards représentent ce soir la France, qui n’a pas remporté le concours de l’Eurovision depuis trente ans.
Je les ai déjà évoquer dans un billet (avec une chanson pour les profs)
ici: http://woufsblog.blogspot.com/2007/04/prof-vu-par-les-fatals-picards.html

Soirée kitch, peut-être un peu de mauvais goût, mais je serai devant la télé, une fois n’est pas coutume…

Tout ça me fait un peu penser à la chanson de Benabar, sur Maritie et Gilbert Carpentier:

Déjà lavé en pyjama… qui me gratte, dans la télé des Claudettes… en grappe, parce que demain y’a pas école, Mike Brandt, Sacha Distel. Play-back et pattes d’éléphant, rouflaquettes et costumes blancs, ils avaient des beaux habits qu’ils doivent regretter amèrement aujourd’hui. Ils portaient bien la moustache, dans des décors pas encore kitch, micro tenu du bout des doigts, en éloignant le fil d’un geste du bras.

Maritie et Gilbert Carpentier sont heureux de vous présenter, attention l’émission va commencer, Maritie et Gilbert Carpentier.

Quelques décors pour faire Broadway, un réverbère, un cabaret, un faux saloon c’est l’Amérique, et des trucages préhistoriques. Ils s’appelaient presque tous Michel, Polnareff, Jonasz, Delpech, Michel Fugain, Michel Berger, et Michel le Forestier.

Maritie et Gilbert Carpentier sont heureux de vous présenter, attention l’émission va commencer, Maritie et Gilbert Carpentier.

Y’avait tellement d’applaudissements, qu’on dirait une émission d’maintenant, ambiance fox-trot, Sylvie Vartan et des danseurs partout tout l’temps. Quand ils se trompaient de caméra, un petit tour et les revoilà. Le doigt vers l’objectif : je chante pour toi, on a tout à apprendre de Claude François.

Maritie et Gilbert Carpentier sont heureux de vous présenter, attention l’émission va commencer, Maritie et Gilbert Carpentier.

Puis défilait le générique qui annonçait le moment tragique :

« les enfants allez vous coucher », impossible de négocier, je sais, j’ai essayé…

Maritie et Gilbert Carpentier sont heureux de vous présenter, attention l’émission va commencer, avec les moyens techniques de la SFP !

Pour terminer ce billet un petit cadeau :

Clip non-officiel, créé les 12 et 13 avril 2007, avec des images de chanteurs/-teuses dans les années 70 ou 80 et la chanson de Bénabar (2005). Parfois, les images respectent les paroles; parfois, pas trop. C’est fait exprès!