Verte comme la cuisine de grand-maman

Le 29 novembre 2008, cette photo est arrivée sur Flickr. Nous somme le 3 décembre, et déjà 20 personnes l’ont placé dans leurs favoris.

Pourquoi ?

La magnifique impression d’avoir ouvert une fenêtre sur le passé y est peut-être pour quelque chose. A l’époque des écrans tactiles, et autres Iphone, ne recherche t-on pas un peu d’authenticité dans le cuivre, le torchis, et le clair obscur des vieille demeures aux parfums de linge propre et de lavande ?

Il y a 40 ans jour pour jour c’est « Hey Jude » interprété par Les Beatles qui est numéro 1 en France.

28 novembre 1968


photo credit: freeparking

Le single était sortie aux Etats Unis au mois d’ Aout.

Le nombre de reprises est important. L’une d’entre elle, pour moi, sort du lot elle est signé Ella Fitzgerald :

En 2003, dans un classement du magazine Rolling Stone, Hey Jude figure à la 8e place des 500 plus grandes chansons de tous les temps.

LIENS EXTERNES :

Pleurer en chanson


photo credit: Ali K.

Quand j’étais petit garçon, je faisais beaucoup de choses… en chantant.

Et bien des années plus tard, le musique,encore présente, rythme ma vie de tristesse en euphories, au gré de la couleur des instants…

Mais il est des refrains qui ont sur moi un effet presque hypnotique : Ils me plongent dans l’eau glacé d’une tristesse inconsolable ou me font l’effet réconfortant d’un viandox par jour de neige.

Des explications existent dirait le psychologue, ou l’ imbibé : dans l’enfance…

La pire de tous; j’entends par là la chanson qui me tourmente le plus a pour sujet un animal. C’est dire si l’enfance n’est pas loin ! Elle me touche tellement que le célèbre « Mon vieux » de Daniel Guichard, à côté m’évoque Bezu et « A la queuleuleu » .

Il s’agit d’une chanson de Jean Ferrat :Oural Ouralou


Découvrez Jean Ferrat!

(…) Il faut se méfier du paraître
De nous deux qui était le maître
Nous ne l’avons jamais bien su (…)

(…)Au paradis des chiens peut-être
Ton long museau à la fenêtre
Tu nous accueilleras bientôt
Au triple galop caracole
Je vois tes pattes qui s’envolent
Chevauchant l’herbe et les nuées
Le vent siffle dans ton pelage
Vole vole mon loup sauvage
Comme au temps des vertes années.

Pour vous aider à pleurer, une sélection de titres :

Et vous quelle chanson vous fait pleurer ?

Les animations pixar ne vieillissent pas, nous si.

Le court métrage d’animation suivant fût primé en 1997. Il est au carrefour d’éléments qui me font vibrer, ou qui m’émeuvent :
Les Echecs, l’automne, le temps qui passe, la solitude , la poésie et l’humour.
Je ne vous ferez pas l’injure de penser que vous ne le connaissez pas, mais je vous propose de le redécouvrir, comme on savoure un vieux vin, tranquillement loin de la furie de ce temps qui passe trop vite:

Années 70 : playlist des tubes qui furent numéro 1

Ah les années 70’s !
Et la valse du hit-parade…

Mike Brant, Johny hallydays, Joe Dassin, Sylvie Vartan, Michel Sardou, les Poppy’s…

Ils furent numéro 1, avec un 45 tours pendant parfois plusieurs semaines (Jusque 15 semaines pour You’re The One That I Want , John Travolta et Olivia Newton-John )

Grâces à quelques archives personnelles, au site http://www.infodisc.fr, et au très bien connu deezer.com, je vous ai préparé une playlist à bookmarker absolument pour les anniversaires des « au moins-quadra » :

Personnelement j’ai une faiblesse pour le très romantique :
Save your kisses for me ( BROTHERHOOD Of MAN )…



Et vous qui vous fait craquer ?

Miniville ? Maxiruine !

Vous souvenez-vous du phénomène Miniville qui a submergé la blogosphère, il y a un an environ ?

Chaque blog, chaque site et chaque forum avait sa propre miniville et tentait de la faire prospérer.

Enfants, adolescents et vieux webmestres, tous avaient leur ville et en rêvaient la nuit…

Et puis, petit à petit, les liens ont disparus… Le concept fit long feu.

Aussi qu’est-ce autre chose que la vie des
sens, qu’un mouvement alternatif de l’appétit au dégoût, et
du dégoût à l’appétit, l’âme flottant toujours incertaine entre
l’ardeur qui se ralentit et l’ardeur qui se renouvelle ?

Bossuet (Lire l’article sur cette citation)


photo credit: JL 62

C’est en faisant un peu de rangement dans mes archives de blog que j’ai retrouvé Wouftown, dans le même état d’esprit que lorsque, jeune adulte, je mettais la mains sur un carton contenant les restes de mon train électrique ou mon premier livre de lecture…

Sex and the … prairie

Les statistiques m’ont toujours passionné. Et pas seulement les méthodes et outils de calculs que j’ai eu la chance d’appréhender dans le cadre de ma formation scientifique, mais surtout le caractère souvent étonnant des résultats.

L’une de mes boutiques Zlio les plus visitées s’appelle fan.zlio.net. Elle s’intéresse aux séries mythiques, comme Les mystères de l’ouest, ou Starsky et Hutch et à des séries récentes comme Lost ou Prison break. (Qui seront surement associé avec nostalgie à la décennie 2000, dans quelques années.) je propose aux visiteurs bien sûr les DVD (par saison ou intégral) mais aussi quelques produits dérivés.

Google analytics, vient encore une fois de me communiquer des résultats étonnants. Deux séries se disputent la première place, au niveau des visites (mots clés utilisés, pour la page d’entrée) :

Il s’agit de :

La petite maison dans la prairie et …Sex and the City

Les aspirations humaines tournent donc sans cesse  autour de la tendresse, des aspirations familiales mais pimentées de fun et saupoudrées d’une pincée de sexe.

Pour les producteurs de séries, je viens d’avoir une révélation :

Pourquoi ne pas mélanger ces deux oeuvres, pour en faire un cocktail étonnant :

Imaginez Laura Ingalls (Melissa Gilbert) loucher sur le bas du dos du docteur Baker (Kevin Hagen) avec en voix off un joli :

-« hummmm, belle pièce… »

Sous quel titre une telle série pourrait-elle paraitre ?

C’est évident :

La petite maison dans la city

ou mieux :

Le petit sexe dans la prairie !


photo credit: Creativity+ Timothy K Hamilton



Chico qui fait tomber la pluie : Nostalgie !

A chaque fois (ou presque) que je me retrouve en soirée avec de jeunes quadragénaires comme moi (Hein Pascal?) on évoque avec nostalgie les trésors des années 80, tant en séries télé qu’en chansons.

On évoque les samedi après-midi animés par Denise Fabre, les numero 1, et la chaleur de ses années là nous emplit…

En cherchant un peu,je viens de dénicher une perle, je vous laisse la (re)découvrir :

Le meilleur du pire, moi j’aime

Il est des chansons qui marquent des génération. Oh non pas pour leurs qualités étonnantes, mais pour l’esprit même qui les entourait à l’époque, et qui continue à rayonner.

Plastic Bertrand est un homme particulier, sa sympathie évidente, sa folie sous jacente, et son inimitable style (y en a qu’on essayé…) en font un mythe des années 80.

Ouais, c’est le roi des hommes-grenouilles
Pour plonger il n’a jamais la trouille
Les poissons lui sourient comme des jeunes mariés
Pour lui, c’est le moment d’les photographier

Il s’appelle Jacques, Jacques, Jacques Cousteau
C’est beau la vie sous l’eau
Tous les poissons sont ses amis
Les requins-baleines aussi…

Superbe, non ?

Je vous laisse écouter !

Votez pour cet article sur Scoopeo: