Canada et élections françaises

Un peu de fraîcheur en provenance de chez nos amis francophones, les canadiens:

Les élections d’ici vu de là bas, chez eux.

Il me plaît à penser que des commentaires canadiens fleurissent sur ce blog français, qui parle d’un reportage canadien au sujet des élections françaises

C’est génial et c’est ici:
http://www.yulbuzz.com/blog/2007/05/une_election_transatlantique.html


Et si faire le singe voulait dire être intelligent?

Chimpanzee Rehab Trust, originally uploaded by markeveleigh.

Et si faire le singe voulait dire être intelligent?

A côté du travail d’observation des chimpanzés dans leur habitat naturel, des chercheurs ont mené des expériences en laboratoire pour révéler leur intelligence subjacente, ce que les scientifiques nomment leur « réserve cognitive ».

Pour tester leur mémoire immédiate, ils confrontent le singe à un interlocuteur inconnu : l’ordinateur. Les résultats obtenus par une équipe de l’université de Kyoto au Japon ont impressionné les scientifiques réunis à Chicago. Le primatologue Tetsuro Matsuzawa a présenté, en vidéo, le cas d’un jeune chimpanzé regardant sur un écran clignoter de façon aléatoire des chiffres de 1 à 9, chacun n’apparaissant pas plus d’une seconde, et laissant seulement, à sa place, un carré blanc. Le chimpanzé a d’abord commencé par appuyer au hasard sur les carrés blancs mais rapidement, il a fait réapparaître les chiffres en ordre ascendant : 1, 2, 3, etc.

lire la suite:

Douceur angevine

Depuis quelques jours, j’avais une expression dans la tête (à cause de la météo mais aussi à cause d’une chanson, je viens de m’en rendre compte): « douceur angevine ».

Angevine : Relatif à l’ Anjou

Je vis dans le Pas-de-calais, donc cette expression n’est pas appropriée à ma vie quotidienne…

Mais d’où vient cette expression dans les méandres de mon cerveau??

Une petit recherche googolienne vient de me donner la solution:

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?
Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine :
Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l’air marin la doulceur angevine.

Joachim DU BELLAY (1522-1560)

Un parfum d’aventure

Je ne sais pas pourquoi (en fait si, je le sais) mais certaines informations me plongent dans de drôle de songes.

Deux randonneurs perdus dans la forêt guyanaise ont été retrouvés sains et saufs jeudi, 52 jours après leur disparition, apprend-on auprès du cabinet du préfet de Guyane.

Lu sur lexpress.fr

Et je me souviens quand gamin je lisais du Jules Verne sous les draps, à la lampe torche…

« Île à vendre, au comptant, frais en sus, au plus offrant et dernier enchérisseur ! » redisait coup sur coup, sans reprendre haleine, Dean Felporg, commissaire priseur de l’« auction », où se débattaient les conditions de cette vente singulière.

« Île à vendre ! île à vendre ! » répétait d’une voix plus éclatante encore le crieur Gingrass, qui allait et venait au milieu d’une foule véritablement très excitée.

Foule, en effet, qui se pressait dans la vaste salle de l’hôtel des ventes, au numéro 10 de la rue Sacramento. Il y avait là, non seulement un certain nombre d’Américains des États de Californie, de l’Oregon, de l’Utah, mais aussi quelques-uns de ces Français qui forment un bon sixième de la population, des Mexicains enveloppés de leur sarape, des Chinois avec leur tunique à larges manches, leurs souliers pointus, leur bonnet en cône, des Canaques de l’Océanie, même quelques Pieds-Noirs, Gros-Ventres ou Têtes-Plates, accourus des bords de la rivière Trinité.

L’école des robinsons (sur wikisource)