300 millions d’amis, ça fait chaud au coeur

LOGO2.0 part I
Creative Commons License photo credit: Stabilo Boss

I’m trying to make the world a more open place by helping people connect and share.

C’est ce que Mark Zuckerberg publie comme message sur Facebook…

Sa mission est est passe d’être réussie : son réseau social compte désormais plus de 300 millions de membres !!!

Mais où s’arrêtera-il ? La force de Facebook, c’est d’avoir su intégrer les fonctions partage de vidéos, de partage de photos et de messagerie instantanée dans la même interface.

Pourtant tout n’est pas tout rose, et mon expérience assidue de FB m’oblige à rapporter des soucis récurrents : statuts non mis à jour, problème de dates, souci avec la messagerie instantanée… J’ y suis pourtant… en permanence ! (http://www.facebook.com/woufbook)

QUELQUES LIENS EXTERNES :

Les 20 ans de la Game Boy

Emission spéciale consacrée aux 20 ans de la Game Boy de Nintendo.
Une partie de l’équipe du Moggy Aspi Show reviendra sur les moments forts de la petite portable.

C’est Gunpei Yokoi, le célèbre employé de Nintendo, qui créa cette console à la puissance comparable à celle de la NES (Famicom au Japon) mais avec un écran monochrome, ceci afin de pouvoir vendre la console à bas prix. L’incroyable succès de cette console tient en deux jeux pourtant sortis avec presque dix ans d’écart. Le premier est le légendaire Tetris, créé par le soviétique Alexey Pajitnov qui, vendu avec la console, connut là ses premières heures de gloire. Le second est Pokémon, qui en 1996 connait un succès tellement phénoménal qu’il relance les ventes de Game Boy, propulsant du même coup la petite portable de Nintendo à la seconde place des consoles les plus vendues de l’histoire, avec ses 118 millions d’exemplaires vendus, derrière la PS2 de Sony. Malgré une qualité graphique très moyenne, la Game Boy a su s’imposer grâce à de nombreux atouts :

  • petite taille (elle tient dans une poche) ;
  • prix réduit ;
  • grande autonomie ;
  • un catalogue de jeux aussi riche que varié.

Partie 1

Partie 2


Partie 3

SOURCES :

Blu blu le ciel de twitter

Blu est un client twitter pour Vista.

Quand on fait partie de la blogosphère, qu’on parle un peu du net, de l’informatique en général il est souvent mal vu d’évoquer les logiciel propriétaires. J’avoue pourtant que mon dual boot Ubuntu, Vista penche un peudu côté de Vista depuis quelques temps. Pourquoi ? C’est une autre histoire, mais la politique de Microsoft avec l’Education nationale (Licence office gratuite) y est surement pour quelque chose…

Toujours est-il que je cherchais un client Twitter sous Vista, un peu originale.

blu

Blu nécessite l’installation préalable de Microsoft .NET Framework 3.5.

Que dire de Blu ?

Blu est beau, beau et bleu.

Blu est fonctionnel, ses options sont classiques, sans être originales. Il s’intègre joliment à Vista et on peut jouer sur la transparence. Son seul défaut, pour moi est l’impossibilité de redimensionner la fenêtre.

Et son point fort est la grâce de ses animations.

Download :

Windows seven, une seule version ?

Seven about to happen three different ways
Creative Commons License photo credit: fd

Une rumeur sur les sites US concernant Windows 7 m’étonne.

D’autant qu’à proximité du premier avril, les sens alertés par les nombreux poissons polluant gentiment la toile, je suis un peu … dubitatif.

Mais j’ai lu à plusieurs endroits que Windows 7 ne sortirai qu’en une seule version ! Et oui les poissons se reproduisent vitre outre Atlantique !

Par contre, trouver une information fiable dans la jungle internet semble impossible :

Entre une seule version (Je n’y crois pas) et 9 versions ( lu sur presence-pc.com ) il y avait la possibilité de sortir 7 versions de Windows seven…

Avez-vous des informations fiables à ce sujet ?

Un petit reportage sur Rue du commerce et son SAV

Jeudi vers 18 heures

Un des (nombreux) ordinateurs de la maison tombe en panne (la carte mère pédale dans la semoule). C’est celui de mon épouse, institutrice qui en a absolument besoin pour finir un travail urgent ce week end. L’age de sa relique, sans être canonique ne justifie pas un changement de pièce, et je m’oriente vers l’achat d’un nouveau pc, chez Rue du commerce que je connais bien depuis pas mal de temps.

Jeudi vers 18 heures 15

je commande en chronopost (c’est urgent)  le PC Imedia D3610 FR – Intel Dual Core E2200 2.2 GHz – Nvidia GeForce G100 – 3Go DDR2  – 640 Go (un peu plus de 400€ avec les frais de port)


Vendredi dans la journée

Je vérifie sur le site (suivi de commande) que tout est près et que l’article va arriver.

Samedi 7 h 45

Le livreur de chronopost est bien matinal ! l’emballage est soigné comme d’habitude mais…

pc cassé

Le spectacle est désolant : ordi cassé, c’est la fessée… Bon il est vrai que sur pas moins d’une trentaine de commandes (To be a geek or not to be) chez RdC je n’avais JAMAIS eue le moindre souci…

Samedi 8 H 00

Je m’aperçois en fouillant sur le site que la ligne téléphonique du SAV n’ouvre le samedi qu’ à 9Heures. Et zut.

Samedi 8 H 30

Je bois mon quatrième café, en pestant un peu.

Samedi 8 H59

J’appelle un peu en avance, et je ne suis pas étonné d’avoir le message comme quoi ça ouvre à 9h00.

Samedi 9h10

Avec le même téléphone je rappelle (bis).

« Votre ligne (free) ne permet pas de joindre ce réseau… »

(Rezut)

Samedi 9h11

Avec mon mobile ça fonctionne (A quel prix?). L’opératrice est aimable, professionnel. Je l’imagine assez jolie… Mais elle refuse ma proposition de m’envoyer un boitier et de me laisser réparer les dégâts seuls (Je comprends que le protocole est le protocole, mais j’avais commandé en chronopost  pour être rapide et gnangnanganan…) Il faut renvoyer le Packard Bell. j’attends un mail avec une étiquette à coller sur le carton pour le retour chez RdC.

Samedi 9 H 59

Je bois mon septième café, en pestant un peu, toujours pas eue ce mail, j’aimerai finir ça avant midi.

Samedi 10 H 19

Enfin !

Pour faire suite à votre contact avec notre service client , j’ai le plaisir de vous adresser cette étiquette prépayée Colissimo Services que vous trouverez en document joint à ce mail.

Samedi 11 H 00

L’ordinateur est emballé, l’étiquette collée, et je fais la queue dans la petite poste de mon village, en rédigeant mentalement ce billet.

C’est vrai que c’est quand même beau le progré : En à peine 48 heures, j’ai commandé un PC sur internet, je l’ai reçu, déballé, emballé et renvoyé. Et tout ça dans la bonne humeur…

Repassez à l’occasion en début de semaine prochaine, pour la beauté de l’histoire et pour l’efficacité de RdC j’espère qu’en 96 heures je puisse touché une troisième fois du carton.

Optimisation : Monétiser intelligement

 

La problématique liée à l’optimisation de la « monétisation » de ses articles sur internet n’est pas simple. Des milliers de blogueurs de toutes nationalité se sont risqués à décortiquer ses mécanismes.

Des articles de qualité sur le référencement, les balises META, les annuaires, enfin sur tout ce qui touche, de près ou de loin au SEO (de l’anglais Search engine optimization) foisonnent sur le net et répondent aux attentes des blogueurs débutants qui rêvent de voir apparaître leur blog (en bonne position s’il vous plait) dans les moteurs de recherche.

Je n’aborderai pas ici cet aspect de l’optimisation,  j’essaierai simplement de donner quelques pistes de réflexion visant à rentabiliser le temps.

células de tiempo / time cells
Creative Commons License photo credit: FJTU

Avant toute chose, je considère comme acquise cette axiomatique :

  • Il faut passer du temps sur un projet pour qu’il soit source de revenus.
  • Le temps que l’on peut passer sur un projet est fini.

De ceci on déduira immédiatement que le blogueur se doit de faire des choix et de gérer au mieux son temps .

On peut d’ailleurs schématiser  trois grands types d’activités :

La recherche :

Publier sur quel sujet, quand ? ( opportunisme d’actualité), sous quel format et dans quel but.

La rédaction :

C’est l’étape évidente, elle est par nature inévitable et nécessaire !

La promotion :

Digg like, twitter, facebook, promotion en commentant des articles similaires, les moyens de promotion sont nombreux mais pas toujours efficace.

Web 2.0
Creative Commons License photo credit: gualtiero

Il est évident que le partage du temps entre ses thèmes ne doit pas être équitable : le soin apporté à la rédaction d’un article doit être de première qualité, et cela ne se fait pas en 5 minutes !
Mais c’est sur la recherche et la promotion qu’on peut vraiment s’améliorer :

Commençons par analyser quelques  pourcentages :

Environ 85% des visiteurs de ce blog  y arrivent par un moteur de recherche (J’ai fait une analyse comparée sur une vingtaines de blog amis, la moyenne est aux environs de 80%). Et moins de 3% par l’intermédiaire des Blogasty, scoopeo et autres digg likes. ( C’est cohérent avec les résultats de me coblogueurs)

Pourtant je passe du temps  à promouvoir mes articles sur ces réseaux ! Alors est-ce inutile ? Ma réponse est claire : Non !

L’utilité de la DLP (« digg like promotion« , ça s’arrose je viens de créer un sigle) n’est pas, contrairement à ce que beaucoup pensent, d’attirer ponctuellement du monde sur un billet « en home » mais de référencer rapidement son article sur les moteurs de recherche (Et dire que je ne voulais pas parler de SEO!). En effet si la partie émergée de l’iceberg est un joli extremun de la courbe de visite lors d’une home sur un digg like, l’importance à long terme d’un revenu lié à cet article n’est pas proportionnel aux nombre de visiteurs lors de cet évènement.

Le revenu espéré sera  bel et bien lié au contenu même de l’article.

Quelques exemples issus de mon expérience personnelle :

En aout 2008, j’ai posté un billet Réchauffement climatique. Une preuve dont je me serais bien passé..

Cet article a fait la home su Scoopeo, déclenchant un pic de visite. Puis cet article est devenu un article fantôme, ni vu ni indexé. Pourquoi ? Simplement à cause de sa faible valeur ajoutée (par rapports aux sources originales). J’avais écrit ce billet en trois minutes, sans réflexion préalable en rebondissant sur un sujet de la WWF. Aucun gain financier en perspective pour ce piètre travail. Néanmoins il est possible que des lecteurs, de « cette heure de pointe » soient maintenant des lecteurs réguliers de WoufsBlog (par l’intermédiaire du flux RSS,  par exemple) ou de ces twitt, et en celà la DLP fût récompensée…

A peu près à la même époque, un autre article : Années 70 : playlist des tubes qui furent numéro 1 n’a pas marché sur les digg like ( 4 points sur Scoopeo ). Pourtant le référencement de cet article est excellent, et il fait partie des articles les plus lu du blog. Bien sûr le travail de recherche que j’avais entrepris pour rédiger ceci était très important et… les perspectives de revenu sont (toutes proportions gardées) intéressantes.

The Key of my mind...
Creative Commons License photo credit: ul_Marga

Alors « écrire un article de qualité, à forte valeur ajoutée puis faire sa DLP » est la clef du succès ?

Hélas cela ne suffit pas ! Il reste à maitriser deux phénomènes :

  • Votre billet doit avoir son public potentiel.
  • Le lecteur doit encore avoir faim.

Le point 1 est clair. L’opportuniste saura par exemple anticiper l’actualité politique , sportive ou musicale  pour répondre à une demande. (Penser à écrire un article sur le Main Square Festival 2009, je suis arrageois après tout! )

Le point 2 est beaucoup plus compliqué, et un peu ambigu. Si vous avez tout dit sur un sujet, votre visiteur, ravi, n’aura absolument aucune raison de cliquer sur une quelconque publicité… je fais personnellement une distinction entre des articles fermés qui évoquent un point précis et le dissèquent entièrement, et des articles ouverts, sujet vaste, parfois source de polémique, qu’on aborde sous un angle assez personnel. Le billet que vous lisez est de ce type, et si vous êtes arrivé ici par un moteur de recherche, il y a une probabilité assez importante que les encarts publicitaires vous ouvrent d’autres perspectives.

Les articles fermés ne sont pas pour autant à bannir. Ce sont eux qui vous donnent une certaine autorité dans un domaine…

IMG_1539copie
Creative Commons License photo credit: fripouillefatale

Flickr et Blogspot


Twisted Life, première mise en ligne par alsay.

Je ne sais pas si il y a de l’eau dans le gaz entre Yahoo et Google, mais il est depuis quelques jours impossible d’envoyer (automatiquement) des photos depuis Flickr dans la plupart des blog sous blogspot.

C’est trop récent pour que la planète internet nous livre ses analyses, mais sur le forum de Flickr des utilisateurs commencent à s’étonner, ce qui m’a conforté dans l’idée que cela ne dépendait pas de moi.

Mais de qui cela dépend-t-il ?

Parlons de facebook…

The Fluoride Uncertainty Theory
Creative Commons License photo credit: judge_mental

Facebook est né à Harvard : c’était à l’origine un réseau universitaire privé qui s’est propagé vers les autres campus, puis au monde entier. Wikipédia dixit :

Facebook est un site Web de réseautage social destiné à rassembler des personnes proches ou inconnues, en priorité dans les pays anglo-saxons. En décembre 2008, il rassemblait plus de 140 millions de membres à travers la planète (…)

La restriction aux pays de langues anglaises ne me semblent plus d’actualité ! Et j’ai même l’impression que petit à petit, FB remplacera (en france)  MSN et autres « messagers » : En effet j’utilise depuis longtemps Pidgin, un « messager » multi-protocole (MSN, AIM, ICQ, GoogleTalk, Myspace, et… facebook) et je m’aperçois depuis quelques temps que le nombres de mes contacts venant de FB est en constante augmentation.

On peut même se passer de Flickr pour déposer et partager sur FB des photos dans des albums; se passer de courrielleur en utilisant les services de messageries de  FB…

Alors FB c’est génial ?

Non, tout n’est pas si rose comme en témoigne cet article du Monde

extrait :

Pourquoi je ne peux pas m’en passer ??? Aucune idée …. et c’est ça qui est horrible …! C’est comme la cigarette : vous ne savez pas ce que cela vous apporte, vous savez ce que cela vous enlève (temps, liberté …etc.) mais bon impossible de s’arrêter quand même …!

AUTRES LIENS  EXTERNES :

MCP : certifiée par Microsoft à 9 ans !

Point d’entrée dans le programme de certification de Microsoft, la certification MCP requiert le passage d’un seul examen. Elle atteste de solides connaissances sur un produit Microsoft au moins. Le statut de MCP constitue souvent l’étape préalable aux spécialisations suivantes : MCSE, MCSD…

Microsoft Internet Explorer 7
Creative Commons License photo credit: kk+

Une jeune demoiselle de 9 ans habitant dans la région de Tamil Nadu, en Inde, vient d’obtenir l’examen. Elle bat ainsi le record précédent (détenu par une Pakistanaise de 10 ans.)

Son histoire en vidéo et en anglais :

LIENS EXTERNES :